Jusqu’à 95 % de réduction des coûts de retraitement, grâce à l’évapo-concentration

Thierry Satgé, Directeur général de TMW 

 « Selon les options, les consommations d’énergie varient de 60 à 170 kWh/m3 traité. »

Dans le cadre de la directive européenne Zéro Déchets liquides, de nombreux industriels sont confrontés à des coûts élevés pour assurer le traitement de leurs effluents toxiques et dangereux. Des coûts qu’il est possible de réduire en extrayant l’eau présente dans ces déchets, comme l’explique Thierry Satgé, Directeur général de TMW.

Comment un industriel peut-il réduire le coût de traitement de ses déchets liquides ?

Il est notamment possible de recourir à l’évapo-concentration, en vue de réduire les volumes d’effluents qui seront externalisés à un collecteur-traiteur. Notre technologie permet ainsi jusqu’à 95 % de réduction des volumes et des coûts de retraitement en déchets liquides, grâce à une solution modulaire qui permet d’évaporer de 2 à 20 m3 par jour. Cette technologie a été déployée la première fois, en 2011, pour le compte de Canon Bretagne qui n’a pas hésité à faire le pari de l’innovation. Aujourd’hui, nous apportons aussi bien des solutions à des TPE qu’à de grands comptes comme Vallourec, Soitec, Oberthur Fiduciaire, Agrati, etc. Nous collaborons également avec untraiteur de rang mondial.

Qu’en est-il de l’exploitation d’une telle technologie ?

Notre solution fonctionne à pression atmosphérique. Il n’y a pas de compresseur, ni de pompe à vide, autant de composants critiques sur d’autres technologies. A la clé, de faibles coûts de maintenance et un taux de fonctionnement atteignant 93 %. En outre, les échangeurs thermiques sont en plastique. Ils résistent donc à la corrosion et aux agressions chimiques. D’expérience, on sait aussi que les industriels cherchent des solutions pouvant s’adapter aux variations d’activité. Notre technologie est évolutive, en s’articulant autour de modules pouvant être installés en parallèle. A noter qu’il est possible d’assurer la maintenance d’un module, sans arrêter toute l’installation de traitement.

Et au niveau des consommations énergétiques ?

Par nature, l’évaporation est un procédé énergivore. Dans sa version standard, notre technologie permet de récupérer 80 % de l’énergie présente dans le liquide évaporé. Cette énergie permet le préchauffage des effluents à traiter. Les 20 % restants peuvent être couverts par de l’énergie électrique ou thermique, voire par la valorisation de chaleur fatale. Nous avons eu également un démonstrateur fonctionnant grâce au biogaz issu d’une décharge. Il est aussi possible de récupérer des calories sur la boucle d’air. Selon les options, les consommations d’énergie varient de 60 à 170 kWh par m3 traité.

Plus d’info : http://www.tmw-technologies.com/wp-tmw/