Une pré-localisation des fuites, quelques jours seulement après leur apparition, Sewerin

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

Une pré-localisation des fuites, quelques jours seulement après leur apparition, Sewerin

 Ville de Paris : 3 000 capteurs pour réduire le prélèvement en eau de 4,3 millions de m3/an

Maxime Kieffer, Responsable commercial et marketing de Sewerin France 

 « L’innovation sur ce marché réside dans des capteurs ayant une durée de vie de 10 ans »

Aujourd’hui, en France, le rendement moyen des réseaux de distribution d’eau potable est évalué à près de 80 %. Les 20 % perdus en ligne représentent ainsi un volume annuel de près d’un milliard de m3 d’eau, revenant au milieu naturel sans passer par le consommateur. Entre la préservation des ressources aquatiques, les épisodes de sècheresse et la recherche de gains financiers et énergétiques, l’optimisation des réseaux est donc un enjeu toujours plus d’actualité comme l’observe Maxime Kieffer, Responsable commercial et marketing de Sewerin France.

Un réseau d’eau potable présentant une performance hydraulique de 100 % est de l’ordre de l’utopie, mais il est tout de même possible de dépasser les 90 %. Comment atteindre cet objectif ?

Les fuites sur les réseaux sont souvent liées à la vétusté des canalisations, mais le remplacement de celles-ci implique de lourds investissements. En parallèle à la nécessaire rénovation des sections les plus fuyardes, il est possible de mettre en place une détection systématique des fuites, grâce à des systèmes de recherche acoustique. En effet, l’eau qui sort au niveau d’une fuite fait vibrer la canalisation. Ces vibrations peuvent être détectées grâce à une surveillance continue, reposant sur des capteurs fixes dont les écoutes sont corrélées avec une mesure des débits d’entrées et de sorties sur un secteur donné. L’ensemble de ce dispositif permet la pré-localisation d’une fuite, quelques jours seulement après son apparition.

 

Que se passe-t-il quand une anomalie est suspectée ?

Une alarme est envoyée via un web access aux équipes de terrain qui pourront affiner la détection de la fuite avec une précision de quelques mètres, à l’aide de corrélateurs acoustiques. Enfin, une cloche électroacoustique permettra de localiser la fuite à 20 cm près. Ce qui permet de limiter le coût et la durée des fouilles, ainsi que la gêne occasionnée pour les usagers de l’espace public lors des réparations. C’est aussi une amélioration des conditions de travail des techniciens d’exploitation du réseau, qui passent moins de temps dans les galeries souterraines.

Est-il possible de déployer un système de pré-localisation de fuites à grande échelle ?

Il n’y a pas vraiment de limite. Nous venons d’installer 3 000 capteurs acoustiques sur les 2 000 km de réseau d’eau de la Ville de Paris, sectorisés avec une maille de 50 km. Ces appareils aimantés sont posés sur des points de contact du réseau – bouche à incendie, bouche à clé – et écoutent les canalisations chaque nuit, lorsque le niveau des consommations est au plus bas. En présence d’un bruit anormal, il y a une forte probabilité de présence de fuite dans le rayon d’écoute du capteur qui est de 300 m. L’innovation nous ayant fait gagné ce marché réside dans la durée de vie de dispositifs portée à 10 ans sans maintenance, tout en assurant la qualité des transmissions quotidiennes. Pour cela, nous avons notamment opté pour le protocole de communication LoRa, peu énergivore. Dotés de pile lithium métal, les capteurs offrent également un faible encombrement. Avec ce réseau de surveillance, la Ville de Paris a pour objectif de réduire le prélèvement de ressources en eau à hauteur de 4,3 millions de m3 par an, par rapport à 2018. Elle vise aussi un rendement de 92 %, d’ici à la fin 2022. Des objectifs poursuivis dans le cadre de la préparation des Jeux olympiques de 2024.

 

La pré-localisation est-elle également pertinente sur de plus petits périmètres ?

 

Tout à fait. Les fuites n’épargnent aucun réseau. Dans le milieu rural, les canalisations sont moins maillées, ce qui implique de grandes distances pour les tournées d’inspection avec une corrélation acoustique. Grâce à la pose de capteurs ayant une grande autonomie, on passe à une surveillance continue, durable et réactive des réseaux. De quoi maîtriser la facture des usagers, forcément impactée par les pertes en ligne.

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com