A’Tout Bois au Russey (25) : 10 000 m3 de bois déchiqueté sous bâche

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

A’Tout Bois au Russey (25) : 10 000 m3 de bois déchiqueté sous bâche

A’Tout Bois au Russey (25) : 10 000 m3 de bois déchiqueté sous bâche

 

Une solution de stockage économique et répondant à une forte contrainte foncière

 

Pour les producteurs de bois-énergie, le stockage constitue une étape difficilement contournable, comme l’explique Florent Vuillemin, cogérant d’A’Tout Bois au Russey (Doubs) : « Nous transformons respectivement des billons de bois et des sous-produits de scierie en plaquettes forestières et en mélange bois/écorces, explique-t-il. Afin d’en assurer la meilleure qualité, leur broyage se déroule sur notre plateforme, de mai à octobre. Réaliser cette opération par temps sec, permet de limiter l’humidité initiale de nos produits. Comme nous rentrons du bois vert, son criblage par températures hivernales poserait des problèmes d’obturation des tubes. »

 

Ce calendrier de transformation impose donc le stockage des produits jusqu’à livraison, en saison de chauffe. Comme la plateforme d’A’Tout Bois est située à 950 m d’altitude, avec généralement de fortes chutes de neige en hiver, la bonne protection des tas est essentielle. Les 9 000 m3 de plaquettes – calibrées sèches pour l’alimentation de petites unités – sont ainsi réservés dans un bâtiment en dur. « Vu nos conditions météo, le stockage sous hangar est nécessaire pour atteindre des taux d’humidité inférieurs à 30 %, souligne Florent Vuillemin. »

 

Pour les quelque 10 000 m3 de broyats de bois et d’écorces, destinés à l’alimentation de grosses unités, les exploitants de la plateforme ont recours à des bâches qui permettent de protéger les tas, afin de rester sous les 45 % d’humidité. « Cette solution est économique et répond à une forte contrainte foncière, puisque la moitié de notre plateforme est non constructible, évoque Florent Vuillemin. Cela a aussi son efficacité, en termes de souplesse, par rapport à l’évolution des volumes à protéger des intempéries. A ce titre, on utilise également des bâches pour protéger les surplus de plaquettes ne pouvant plus être stockés dans notre bâtiment. »

 

Paroles de pro : « Beaucoup de souplesse au quotidien »

 

« L’intérêt des bâches en polypropylène est d’être à la fois faciles à mettre en œuvre, tout en étant très résistantes, explique Paul Gangloff, Directeur des Ets Gangloff. On a, par exemple, des clients qui ont retiré au tracteur des bâches recouvertes de 20 cm de neige, sans les déchirer. Cette solution apporte beaucoup de souplesse au quotidien. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.