La croissance des besoins de services numériques invite à accélérer la transition énergétique 

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

La croissance des besoins de services numériques invite à accélérer la transition énergétique 

Data Center. L’enjeu de l’économie circulaire 

 

Au cœur des territoires, les données des entreprises, des institutions publiques et des particuliers requièrent des besoins croissants en matière d’infrastructure d’hébergement et de transport. Ces dernières nécessitent une prise en compte des enjeux environnementaux et énergétiques ainsi que les spécificités de leurs territoires dès leur conception afin d’être en mesure d’accueillir davantage de capacité numérique et de se projeter sur les 30 ans à venir.  

 Interview de Aurore Nicoli, directrice du développement de CBRE et de Fabrice Couprie, président Advanced MédioMatrix

Sujet porté depuis 2021 par le conseil d’administration de France Data Center, l’économie circulaire se place désormais au cœur des réflexions des acteurs de cet écosystème. « J’anime un groupe, sorte de think tank au sein de l’association, qui réunit équipementiers, industriels, acteurs de la colocation, constructeurs, afin de partager nos retours d’expériences sur ces sujets », précise Aurore Nicoli, directrice du développement de CBRE, qui gère la maintenance et l’exploitation de data center et également membre du conseil d’administration de France Data Center. « Notre action est volontariste. Nous souhaitons être proactif et proposer aux acteurs publics des pistes de réflexions issues de l’intelligence collective des acteurs de notre écosystème, qui prennent également en compte nos enjeux et contraintes industrielles très spécifiques», commente-t-elle. Ainsi, l’écosystème des data center prend la pleine mesure des actions à mettre en place. Une feuille de route 2023-2024 fédère déjà les membres de l’association dans une approche d’amélioration continue face à l’environnement.   

Approvisionnement durable, cycle de vie et retrofit 

Ainsi, les professionnels des data center travaillent leur approvisionnement durable, prenant en compte l’impact environnemental et social des ressources utilisées, intégrant l’éco-conception dès l’architecture du projet. « Un data center met trois ans à sortir de terre. Nous sommes déjà sur certains sites de seconde génération qui nécessitent un retrofit important. Là, nous misons sur la dépose et la réinjection dans l’économie des matériaux utilisés à l’intérieur de l’enveloppe du bâtiment et des équipements », précise-t-elle. En effet, le matériel peut être remis en état et voir sa durée de vie prolongée sur le marché secondaire ou être démantelé et réemployé en tant que matière première. « Les matériaux, comme les anciennes cloisons de Placoplatre sont utilisées comme gravats et les câbles désossés pour en faire de nouveau de la matière première », poursuit Aurore Nicoli. L’allongement de la durée de vie des équipements et matériels est aussi un enjeu majeur. « Notre ambition est d’éco-concevoir afin de pouvoir réparer, de manière à ce que l’équipement devienne déchet le plus tard possible », précise Aurore Nicoli. Ainsi, les industriels s’organisent pour que leur indice de réparabilité soit meilleur et se structurent pour gérer le retrofit.   

Eco-conception  

Advanced MédioMatrix, hébergeur de données et de salles informatiques dans la région de Metz, est à la pointe de l’économie circulaire, dès sa conception. « La première pierre a été posée en 2018 et nous avons ouvert en juin 2020 », rappelle Fabrice Couprie, président. « Nous avons travaillé durant trois ans avec un bureau d’études parisien, APL, afin de construire un data center dont les impacts visuels et énergétiques soient les plus performants et qui intègre d’emblée les questions de cycle de vie. » En effet, en métropole de Metz, le bâtiment de 2700 m2 accueille une surface informatique de 690 m2 capable de monter jusqu’à 2 MW sur trois salles informatiques. « Nous avons travaillé sur l’optimisation de l’ingénierie dès le départ », poursuit Sébastien Buannic, directeur technique et opérationnel. Une toiture comptant 305 panneaux solaires a été installée, permettant de produire 105 MW/h par an. Une cuve de près de 40 m3 permet de récupérer l’eau de pluie et l’utiliser pour les espaces verts et les eaux grises. Pour Aurore Nicoli, la question du recyclage des consommation d’eau doit devenir systématique pour l’ensemble des acteurs de la filière.   

Des synergies à l’échelle du territoire 

L’écologie industrielle et territoriale est aussi mise à profit dans cette économie circulaire. « Il s’agit de mutualiser et mettre en synergie des flux de matières à l’échelle du territoire », explique Aurore Nicoli. Industrie particulièrement consommatrice d’énergie, les data center en sont également producteurs. Ainsi, la chaleur fatale peut être réinjectée sur le réseau de chaleur de la collectivité, alimenter des locaux tertiaires ou une piscine à proximité. « Ce type de planification implique une relation avec les pouvoirs publics », précise-t-elle.  « Le refroidissement des salles informatiques est fait grâce à une installation de freecooling à détente directe air-air, qui permet de récupérer l’excédent de chaleur fatale pour nos propres besoins et aussi de la réintégrer dans le réseau de chaleur urbain », précise Sébastien Buannic. Une intégration qui doit être mise en place avec la métropole de Metz dès 2024. « Le système de réseau de chaleur urbain de la ville de Metz a une contrainte d’accès au réseau par un échangeur autour de 80°c, or notre chaleur fatale actuelle de 30°c ne nous permettait pas de pouvoir nous raccorder », poursuit le directeur technique. « Aussi pour 2024, nous travaillons avec nos clients pour intégrer de nouvelles technologies, dont les bacs à immersion, pour pouvoir réduire le delta de température d’entrée (autour des 45°c).».  

 Un data center évolutif 

Certifié Iso 9001, 14 001, 50 001 et 27 001 et signataire du Code de Conduite Européen des Data Center, Advanced MédioMatrix améliore sans cesse sa conception et devient exemplaire pour la filière. Le design des salles informatiques évolue ainsi au fil des ans. Le but est d’optimiser l’ensemble des ressources en reconfigurant les systèmes de refroidissement si nécessaire afin de piloter au mieux les consommations d’énergies. « Notre Data Center est conçu pour 30 ans, l’inscrire dans une économie circulaire répond à notre volonté de responsabilité sociale et environnementale », précise Fabrice Couprie. Pour la quarantaine de clients déjà hébergée, la mutualisation des infrastructures permet de diviser par trois la consommation d’énergie. « Au-delà de cette économie financière, c’est également une charge en moins en matière d’achat de matériel qui se renouvelle tous les trois ans, et donc une production évitée », précise Sébastien Buannic. Autant de consommation de ressources et matières premières économisées à long terme. 

 

 

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com