MINES PARIS TECH

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

MINES PARIS TECH

La géothermie est au cœur des travaux de recherche du Centre de Géosciences, depuis près de 30 ans

Le stockage de chaleur et le concept de réservoir géothermique sont mis à l’étude pour asseoir l’avenir de la filière « basse énergie » en FranceCela fait maintenant 30 ans que la géothermie basse énergie fait l’objet de recherches continues au sein du Centre de Géosciences. En effet, les premiers travaux de la structure ont démarré au début

des années 80, en parallèle à la construction soutenue des doublets géothermiques dédiés à la production de chaleur et à l’alimentation de réseaux de chauffage urbain, dans le Bassin parisien. Depuis, ces installations ont démontré leurs atouts. L’abondance de la ressource reste cependant conditionnée par la qualité des aquifères, dans lesquels les eaux chaudes sont prélevées. Plusieurs axes de recherches ont donc été identifiés pour pérenniser et développer le poids de la filière géothermique au cœur de l’offre énergétique globale. Le Centre de Géosciences est plus particulièrement impliqué dans deux domaines d’étude.Le premier concerne l’allongement de la durée de vie d’un système basse enthalpie classique. Les solutions envisagées – dans le cadre du programme GEOSTOCAL – portent sur une meilleure interaction avec les autres activités industrielles, par le biais de stockage en aquifère de chaleur perdue ou non valorisée pendant certaines périodes de l’année, pour une restitution en périodes de plus forte consommation.Le second axe de recherche a trait à la généralisation du concept de réservoir géothermique, par le développement des propriétés de perméabilités des roches, à l’aide de techniques de (re)fracturation, lorsque les caractéristiques de productivité sont insuffisantes (c’est le principe des Enhanced GeothermalSystems expérimentés sur le projet-pilote de Soultz-sous-Forêts). Les zones potentielles de production s’en trouveraient considérablement étendues. La maîtrise de la technologie permet le contrôle de la profondeur des réservoirs développés, si bien que des températures de production comprises entre 150 et 200°C deviennent envisageables. La géothermie se rapproche ainsi de celle dite de haute énergie, pour laquelle la production d’électricité devient techniquement et économiquement possible. De quoi faire peser la filière dans le futur mix énergétique français.

Nils Bruder / pour Valeur énergie n°8

Tags: , , ,

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com