Performance passive : l’ingénieur thermicien joue un rôle central

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

Performance passive : l’ingénieur thermicien joue un rôle central

HPerformance passive : l’ingénieur thermicien joue un rôle centralaute-Savoie : une maison à 600 m d’altitude où les consommations de chauffage ne dépasseront pas 7 kWh/m2/an
Jérôme Quesada, Gérant de
Kalisaya Ingénierie (Pollen Scop) et Consultant Maison Passive.

La RT 2012 a introduit une nouvelle façon de construire, en impliquant une plus grande collaboration entre tous les professionnels intervenant sur une opération. Dans le cadre d’un projet visant la performance passive, cette concertation poussée est tout simplement incontournable. Et ce constat est aussi bien valable au stade des études de conception qu’au moment du chantier. Deux étapes où le rôle de l’ingénieur thermicien est prépondérant…
« Le but est de simplifier la construction au maximum et c’est ce qui est justement le plus compliqué, explique Jérôme Quesada, spécialiste du bâtiment passif. Prenons l’exemple de la construction, en Haute-Savoie, d’une maison à ossature bois de 175 m2 labellisée Passivhaus et pour laquelle Kalisaya a collaboré avec l’agence Ameo Architecture (St Ismier). Grâce à une enveloppe soignée et à une conception bioclimatique optimPerformance passive : l’ingénieur thermicien joue un rôle central isant les apports solaires, les consommations primaires totales tous usages n’y dépassent pas 94 kWh/m2/an, (confusion avec la valeur de 7 donnée dans le titre). Dans la mesure où ce bâtiment se situe à 600 m d’altitude, on se rend compte que le passif apporte des réponses quelles que soient les contraintes climatiques. »

«Dans le passif, une étude thermique pourra demander au minimum 8 fois plus de t

 
Pour atteindre ces résultats, l’étude thermique a notamment conduit au choix d’utiliser des poutres en « i », préférées aux gros montants d’ossature verticaux, afin de réduire les ponts thermiques. « Par rapport à un projet répondant à la RT actuelle, l’étude thermique d’une construction passive sera plus poussée techniquement, souligne Jérôme Quesada. Par exemple, il y aura davantage de points à vérifier, comme les ponts thermiques que l’on est amené à modéliser précisément ou encore le traitement des discontinuités potentielles de l’étanchéité à l’air.. Il en découle de nombreux échanges avec les architectes autour des points sensibles identifiés. Dans le passif, une étude thermique pourra ainsi être au minimum 8 fois plus longue qu’avec la RT 2012 où il s’agit surtout d’isoler, sans plus. »
De la conception à la maîtrise d’œuvre…
Mais le travail de l’ingénieur thermicien ne s’arrête pas à la seule conception. Sur le projet haut-savoyard de Dingy-Saint-Clair, Kalisaya a également rempli une mission de maîtrise d’œuvre sur les lots conditionnant la performance énergétique du bâtiment : l’isolation et l’étanchéité à l’air. « Ce rôle de coordination et de contrôle impliquait des réunions de chantier régulières et une présence lors des opérations sensibles, comme les tests d’infiltrométrie, réalisés dès la phase de travaux pour vérifier des fuites éventuelles, précise Jérôme Quesada. Grâce à cet accompagnement permanent des entreprises, la labellisation n’a pas posé de problème. »

Contact : jquesada@kalisaya-ingenierie.fr
Kalisaya Ingenierie – Pollen Scop
Parc d’Activités du Vinobre,
555 chemin des Traverses
07200 Lachapelle sous Aubenas
telephone : 06 86 41 11 47
Web : www.kalisaya-ingenierie.fr

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com