Unités biogaz : La maintenance est une affaire de proximité

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

Unités biogaz : La maintenance est une affaire de proximité

Un suivi préventif exigé par les banques et les assurances

Eric Hunaut, Président Chaplain Energie

  « En cas de casse moteur, la facture peut monter jusqu’à 250 000 euros. »

Quels sont les enjeux en matière de maintenance des équipements d’une unité de méthanisation ?

Comme pour tout site de production, il s’agit, d’une part, de s’assurer que le rendement attendu soit au rendez-vous et, d’autre part, de veiller à l’intégrité des équipements. Dès avant la mise en service du site, cela implique une installation – ou une rénovation – des appareils, selon les prescriptions de leurs constructeurs. Ensuite, cela passe par une expertise pour assurer la conduite quotidienne de l’installation. Quand il est assuré par une entreprise de maintenance, ce suivi peut être assorti d’une obligation de rendement. En parallèle à cette conduite dans les règles de l’art, il est nécessaire de mettre en œuvre une maintenance préventive qui garantira le fonctionnement optimal et la disponibilité maximale des équipements.

Comment cette maintenance préventive s’organise-t-elle ?

Elle est assurée à travers des visites régulières. L’objectif est de garantir la conformité de l’exploitation avec les cahiers des charges des constructeurs. Cela suppose d’avoir une grande expérience dans la maintenance ou la réparation des moteurs et des équipements des différents fabricants. Outre ce savoir-faire – qui s’enrichit au fil des situations et des problématiques rencontrées et résolues –, il est également important de mener un travail de veille pour intégrer les évolutions rapides des technologies biogaz, que ce soit pour la cogénération ou l’injection de biométhane. Rappelons que le suivi préventif est généralement exigé par les partenaires bancaires et les assureurs ayant pris part au projet. Leur exigence est somme toute légitime, au vu des enjeux financiers : une panne peut générer des milliers d’euros de pertes d’exploitation. Et en cas de casse moteur, la facture peut monter jusqu’à 250 000 euros.

Que faire en cas de dysfonctionnement avéré ?

La réactivité pour le diagnostic et la réparation est primordiale. La proximité des équipes de maintenance de Chaplain Energie est donc décisive et cela grâce à notre bonne répartition sur nos 7 sites sur le grand ouest. Il est à noter que certaines pannes ne peuvent pas être résolues sur place et nécessitent une réparation dans nos ateliers. Par ailleurs, un premier diagnostic peut se faire à distance. Mais, encore une fois, le plus important, c’est de bien connaître l’exploitant et ses installations. On en revient à la proximité des équipes de maintenance avec le terrain…

Chaplain Energie

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com