FLODIM (edito) – Tubages : comment surveiller l’évolution des parois internes et externes ?

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

FLODIM (edito) – Tubages : comment surveiller l’évolution des parois internes et externes ?

Tubages : comment surveiller l’évolution des parois internes et externes ?

Anticiper le rechemisage, grâce aux diagraphies

 

Dans le domaine de la géothermie, les diagraphies permettent de mesurer et d’enregistrer les caractéristiques physiques ou chimiques du réservoir, de la formation géologique ou encore du forage. Elles peuvent être aussi bien réalisées lors des études de faisabilité, qu’au cours de l’exploitation du forage. Elles sont ainsi particulièrement pertinentes pour surveiller la corrosion des tubages, à travers la mesure régulière de l’épaisseur de ces derniers. Pour les exploitants d’un forage, cette surveillance constitue un enjeu majeur, en permettant d’anticiper les opérations de rechemisage, avant la perte du puits. Ce contrôle des tubages peut se dérouler de diverses manières.

 

Il est tout d’abord possible de mesurer le diamètre intérieur du tubage, grâce à un diamétreur. Ce dispositif associe une sonde et des ailettes qui s’écartent jusqu’à la paroi. Il est descendu dans le puits et sur sa remontée, les variations d’écartement des ailettes sont mesurées et comparées à l’état initial du tubage. Cela permet ainsi de localiser d’éventuels creusements ou concrétions. Cette mesure physique est obligatoire, tous les trois ans pour le puits producteur et tous les cinq ans pour l’injecteur.

 

Mais quid de la corrosion à l’extérieur du tubage ? Pour contrôler ce phénomène, deux gammes d’outils sont mobilisables. Tout d’abord, la méthode électromagnétique qui permet d’estimer l’épaisseur de l’acier, en émettant un champ magnétique. La mesure peut aussi se faire par méthode acoustique. Sur le modèle du sonar, une onde est émise et l’épaisseur de l’acier est mesurée, grâce à la détection des échos au niveau des parois interne et externe du tubage.

 

Paroles de pro : Chaque méthode a ses atouts et ses inconvénients

 

« Afin d’évaluer l’épaisseur des tubages, la méthode électromagnétique n’est malheureusement opérationnelle que pour les diamètres n’excédant pas 7″, voire 9-5/8″, explique Émilien Belle, Technico-commercial chez Flodim. La méthode acoustique fonctionne, quant à elle, très bien au-delà. Mais elle nécessite des parois de tubage sans relief. Dans le cas contraire, l’onde émise se difractera, ce qui causera une perte de signal. En résumé, chacune des méthodes présente des atouts et des inconvénients. »

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com