Hydrelis, Smart water : des disjoncteurs d’eau pour couper court aux factures qui explosent

Surveiller et piloter ses consommations en temps réel

 

Dominique Gayraud, PDG d’Hydrelis

 

« Avec les disjoncteurs d’eau, les consommations baissent de 20 à 30 % »

Les surconsommations et les fuites d’eau – qu’elles soient silencieuses ou subites – font exploser les factures, sans même parler du gâchis occasionné. Outre la mise en place de consommations vertueuses, il est possible de déployer des disjoncteurs d’eau permettant de faire entrer un site dans une démarche « smart water ».

Quel est le principe de fonctionnement d’un disjoncteur d’eau ?

C’est très simple : comme son nom l’indique, il coupe automatiquement l’arrivée d’eau, lorsqu’il détecte une consommation anormale ou une rupture de canalisation. Il y a de l’intelligence embarquée dans le dispositif, ce qui le rend autonome et communicant. Le gestionnaire du site dispose ainsi d’un rapport d’activité en temps réel. Ces données peuvent être mobilisées pour un suivi des consommations, dans le cadre d’une démarche RSE. En parallèle, le disjoncteur permet de piloter les consommations, en fonction de nombreux paramètres comme la limitation d’un volume journalier ou des plages horaires. Par exemple, des disjoncteurs installés dans des blocs sanitaires permettent de coupler l’alimentation en eau à la détection de présence. En moyenne, sur les sites ayant été équipés de disjoncteurs d’eau, les consommations baissent de 20 à 30 %. Le retour sur investissement est ainsi souvent inférieur à 12 mois.

Outre l’aspect financier, il y a aussi la question environnementale…

En effet : qui peut accepter, au xxie siècle, de continuer à gaspiller de l’eau potable ? Il en est de même avec les ressources aquatiques à préserver. Par ailleurs, la maîtrise des dépenses en eau apporte une réponse à l’équation énergétique, dans la mesure où l’électricité constitue entre 60 et 70 % du coût de traitement de l’eau.

Dans quels types de bâtiments le disjoncteur d’eau a-t-il sa place ?

Tout le monde peut en utiliser, depuis le particulier jusqu’au gestionnaire de sites importants. Par exemple, le Parc des Expositions de Toulouse – qui a constitué le plus grand projet immobilier d’Europe, l’an passé –, en a été doté. Nous avons également équipé une centaine de gares SNCF, des bâtiments d’Orange ou de La Poste. Les collectivités locales en déploient dans leurs équipements : collèges, cimetières, stades, etc. Les disjoncteurs permettent aussi de répondre aux exigences de la certification environnementale BREEAM. Enfin, rappelons que les dégâts des eaux sont la cause principale de sinistre, en Europe. A ce titre, la préservation de notre cadre de vie commence par celle des bâtiments.

https://www.hydrelis.fr/