La collecte de données énergétiques au service de la performance du bâtiment

Actualités télérelève

L’intelligence artificielle couplée à l’expertise terrain

Cyril Sailly, Dirigeant d’Advizeo by Setec

 

« Des économies significatives, sans réaliser de gros travaux »

La loi Elan prévoit des avancées en matière de performance énergétique du parc tertiaire. Le point avec Cyril Sailly, fondateur d’Advizeo by Setec, sur les objectifs à atteindre et les solutions pour y parvenir…

Quelles sont les cibles de performance énergétique fixées par la loi Elan dans les bâtiments tertiaires privés ?

Le texte prévoit un décret – qui entre en vigueur le 1er octobre 2019 – visant pour ces bâtiments une réduction des consommations d’énergie finale d’au moins 40 % en 2030, par rapport à 2010. Répondre à ces objectifs peut nécessiter une rénovation du bâtiment, mais il est déjà possible d’obtenir des résultats probants en exploitant les diverses données de consommations disponibles sur un site.

Comment cela ?

La première étape est de centraliser les informations existantes. On établit le profil énergétique d’un site, à travers les factures et les volumes de consommation. Ensuite, on récupère les données auprès des distributeurs. Les compteurs intelligents permettent d’établir des courbes de charge avec des consommations indexées quasiment en temps réel. La troisième couche de données relève de la GTB ou des objets connectés présents sur le site. Au besoin, il est possible d’installer des capteurs communicants plug & play pour compléter les données.

A quoi cette centralisation de données sert-elle ?

Le tout est traité dans une plateforme logicielle qui, grâce à l’intelligence artificielle, permet d’identifier les dérives de consommations, mais aussi de piloter le fonctionnement des équipements utilisant de l’énergie. A cela s’ajoute l’expertise d’Energy Managers – ou de Bureaux d’Etudes partenaires – qui animent la performance d’un site dans la durée. Leur mission implique une présence sur le terrain et un travail partenarial avec les gestionnaires de bâtiments et leurs prestataires de maintenance. Le but est d’identifier les gisements d’économie d’énergie et un suivi des actions mises en œuvre.

Quels peuvent être les résultats d’une telle démarche ?

Prenons le cas de Generali. A travers un contrat de performance énergétique 2016-2018, nous les avons accompagnés pour la mise en place de solutions sur un parc de 100 000 m2. Par exemple, le suivi de leurs consommations a fait ressortir le fonctionnement inutile des boucles d’eau chaude et d’eau glacée, le week-end. Des sondes pour l’éclairage étaient également mal placées. Ainsi, sans faire de gros travaux, il a été possible de faire des économies de 6 %, la première année, puis de 9 et de 11 %, les deux années suivantes. Devant ces résultats, l’assureur a reconduit le contrat sur trois ans.

https://www.advizeo.io/