GNV : se doter de sa propre station pour assurer son approvisionnement

Actualités Biocarburant Biogaz Méthanisation

GNV : se doter de sa propre station pour assurer son approvisionnement

Des équipements sur mesure pour répondre aux besoins des usagers

Éric Ronco,

Directeur général

Proviridis

 

 « La qualité de service déterminera le niveau de performance de la station »

Comment évolue actuellement le marché français du gaz naturel pour véhicules (GNV) ?

Par rapport aux marchés établis, comme l’Italie ou l’Allemagne, il est en retrait, mais la France rattrape son retard, en particulier sur les transports de personnes et de marchandises. Cela s’explique notamment par des facteurs économiques. Le kilo de GNV – qui équivaut à 1,2 litre de carburant – est à 1 €TTC à la pompe, contre 1,40 €TTC pour le litre de diesel. Qui plus est, ce delta a vocation à s’accroître dans les années à venir, puisque la TICPE du GNV et du bioGNV est gelée. La demande croissante en GNV s’accompagne d’un maillage progressif du territoire en stations. Certains transporteurs ayant entamé une transition vers le gaz ont néanmoins souhaité s’affranchir des problématiques d’approvisionnement, en se dotant de leur propre station.

Comment de telles stations sont-elles dimensionnées ?

Ce type d’équipement doit répondre aux besoins spécifiques des usagers, c’est pourquoi il est pertinent d’apporter un suivi depuis la phase d’études, jusqu’à l’exploitation. Cela permet notamment de dimensionner la station sur mesure. Par exemple, les installations que nous réalisons clé en main se déclinent sur une gamme d’investissement allant de 100 000 € à 2 millions d’euros. Soulignons que les coûts de construction et d’utilisation ne doivent pas éluder la question des services. En effet, c’est la qualité de ces derniers qui déterminera le niveau de performance de la station. Pour cela, nous disposons d’un centre de supervision qui, sur la base d’une analyse des données remontant du terrain, permet de piloter une maintenance prédictive et curative. Nos clients bénéficient aussi d’une hotline 24h/24 et 7j/7. Chacune de nos stations publiques est pourvue d’un technicien sur site.

Et comment voyez-vous l’avenir de la mobilité verte ?

Nous croyons aux stations multi-énergies, proposant à la fois du GNV, de l’hydrogène et de l’électricité. Concernant cette dernière, nos stations sont dotées de bornes de recharge ultrarapide. L’hydrogène offre déjà des solutions pour le maritime et le fluvial. Nous avons installé des premières stations de ce type, en Bretagne. On le voit, les alternatives au diesel existent, il suffit de franchir le pas.

Home

ADEME supports the viability of NGV stations in « white zones »