SUDIMAT : materiel de forage, un marché mitigé

La revue des énergies renouvelables et des solutions alternatives.

SUDIMAT : materiel de forage, un marché mitigé

SUDIMAT LOGOEconomique et renouvelable, la géothermie ne connaît pas le succès qu’elle mérite…

« Il y a trois obstacles majeurs à l’essor de la filière : les aides publiques limitées et complexes, les contraintes réglementaires et une mauvaise image à faire oublier »
Gérard Desrentes, Président de Sudimat et Fourmifor
La géothermie verticale
réalisée à l’aide de sondes et d’une pompe à chaleur est une source d’énergie présentant de nombreux avantages, tant sur le plan environnemental qu’économique. En effet, elle constitue une ressource locale,  inépuisable et ne dégageant pas de gaz à effet de serre. Avec cette technologie, le coût de fonctionnement du chauffage est totalement maîtrisé pour de longues années. La pompe à chaleur réversible ( free cooling) permet aussi le rafraichissement presque gratuitement durant les périodes chaude tout en régénérant  le forage géothermique. Malgré ces atouts, elle connaît encore un développement timide, en France.
« Il y a trois obstacles majeurs qui viennent entraver l’essor de la géothermie, avance Gérard Desrentes, fabricant et distributeur de matériel de forage : les aides publiques plafonnées par les revenus des demandeurs et complexes à obtenir, les contraintes réglementaires pesant sur le rendement des installations et la mauvaise image dont souffre la filière, en lien avec des contre-références apparues ces dernières années. La technologie est pourtant très efficace. En Autriche, une maison neuve sur deux sera bientôt équipée avec une pompe à chaleur reliée à un forage géothermique. On en est encore loin en France. Il faut dire que la géothermie n’y est pas favorisée, avec des coûts de réalisation supérieurs et des aides inférieures à celles dont bénéficient les autres énergies renouvelables.  SUDIMAT

1°C tous les 33 mètres
Or, ce dernier doit faire l’objet de toutes les attentions, afin d’écarter les risques de pollution des nappes traversées. Sur ce point, il est fondamental de garantir l’étanchéité du forage. Pour cela, la cimentation doit se faire par le bas du forage, ce qui nécessite des centrales de mélange et d’injection efficaces. « Les centrales TMDI que nous fabriquons permettent de couler le ciment géothermique jusqu’ à 40 bars de pression, précise Gérard Desrentes. Par ailleurs, elles disposent d’un double bac assurant le un malaxage énergique et le maintien du coulis qui peut ensuite être injecté entre 2 et 7 m3/h ».
Malheureusement, l’étanchéité n’est pas toujours réalisée dans les règles de l’art. Ce qui n’est pas fait pour inciter les pouvoirs publics à favoriser les forages supérieurs à 100 m. En effet au-delà de ces profondeurs une demande d’autorisation est nécessaire avant la réalisation du forage et les délais d’instruction sont de 5 à 9 mois ! La profondeur constitue pourtant une question centrale : la température du sol augmente d’1°C tous les 33 m. « En Suisse, des forages descendant jusqu’à 400 m permettent d’atteindre des COP de l’ordre de 12, soit plus du le double des résultats communément rencontrés en France, souligne Gérard Desrentes. Nos foreuses atteignent de telles profondeurs, quelle que soit la nature du sol. De leur côté, les maîtres d’ouvrage doivent s’orienter vers des couples « foreurs-installateurs » présentant des références sérieuses. Dans ces conditions, les performances seront forcément au rendez-vous. »
AUXGANE GROUPE
Z.A. de l’Hobit N°4
31790 SAINT SAUVEUR
Tél. 05 34  27 03 00
http://www.groupeauxgane.com

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com